conte musical

L’enfant et le souffle est un conte musical jazz, créé dans le cadre des mini-concerts de l’Orchestre de Caen.

Il réunit les enseignants du département jazz du Conservatoire : Thierry Lhiver, François Méchali, François Chesnel et Franck Enouf, autour du récit d’Annette Banneville.

Le spectacle a été présenté :

dimanche 20 février 2011, 17 h,
salle Pablo Neruda, Giberville (14)
 
dimanche 20 mars 2011, 16 h et 17 h 30,
grand auditorium, Conservatoire de Caen (14)
 
dimanche 27 mars 2011, 17 h,
théâtre du Champ Exquis, Blainville sur Orne (14)
 
lundi 28 mars 2011, 10 h et 13 h 45 (scolaires),
théâtre du Champ Exquis, Blainville sur Orne (14)

L’enfant et le souffle

Voyage dans le monde du jazz et de l’improvisation, avec :

  • Annette Banneville, auteur, récitante
  • Thierry Lhiver, trombone
  • François Chesnel, piano
  • François Méchali, contrebasse
  • Franck Enouf, batterie

« Il était une fois un enfant qui s’ennuyait.
Mais cela ne le dérangeait pas, au contraire, il aimait soupirer et jouer avec sa respiration, c’est comme ça que les idées lui venaient, les histoires.
Un jour il vit en songe un manoir vermoulu biscornu d’où partait un escalier qui montait vers le ciel... »

Autour de notions inspirées par leur pratique du jazz et de l’improvisation - liberté, espace, danger, rythme, respiration - Thierry Lhiver, François Chesnel, François Méchali et Franck Enouf ont imaginé un parcours en cinq tableaux mis en mots par Annette Banneville.

Une captation vidéo est disponible sur demande ainsi qu’un enregistrement audio.

Déroulement

1 – L’enfant qui s’ennuyait

  • Introduction
    permet d’entendre une improvisation trombone / cymbales : espace et matière sonore
  • Thème de l’enfant 1 (F Chesnel)
    suite majeure en 3 parties qu’on retrouvera à la fin de l’histoire, proche d’une tradition jazz à la Thelonius Monk

2 – Les rencontres

  • La marche (F Enouf)
    idée rythmique ternaire
  • Trois personnages (F Enouf / T Lhiver)
    développement du thème rythmique précédent avec une ligne de basse répétitive (gimmick) permet d’entendre chaque instrument au fil des personnages qui apparaissent dans le récit, selon le principe des solos successifs : après la batterie, contrebasse (solo à l’archet), piano, trombone
  • La course
    up tempo swing ternaire (rapide), improvisation libre, référence au free jazz des années 1960

3 – Le Manoir

  • La tristesse du roi (F Chesnel)
    ballade, thème joué au piano puis au trombone, hommage au pianiste Bill Evans
  • Thème de l’enfant 2
    variation du premier thème

4 – L’escalier de lumière

  • Thème de l’enfant 3
    avec montée chromatique, improvisation collective
  • La peur (T Lhiver)
    thème joué à l’unisson puis harmonie improvisée, principe de l’Harmolodie d’Ornette Coleman
  • L’eau / Le souffle d’une corde (F Mechali)
    ballade à 3 temps, solo de piano
  • Face aux guerriers (T Lhiver)
    ostinato binaire (joué à la contrebasse), esprit proche du jazz rock, montée d’énergie, ponctuations du piano et du trombone accompagnant le développement du récit

5 – Dénouement

  • La jeune fille / For T (T Lhiver)
    après une suspension, le thème de fin est une ballade dans un esprit pop music, solo de contrebasse

Ce conte musical jazz est dédié à la mémoire de Thomas Rémondière, un jeune homme qui ne manquait pas de souffle